Fill 1 Created with Sketch.

Les gens du voyage

Catégorie.s:

Les Gens du Voyage seraient 20.000 en Belgique. A ce nombre il faut ajouter les GdV des pays limitrophes séjournant chez nous pour quelques semaines ou quelques mois par an. Les GdV ne sont pas demandeurs de nouvelles normes, mais bien de reconnaissance de caravanes comme type d’habitation pour éviter les expulsions.

Il est parfois difficile de satisfaire leurs besoins en continuant à voyager. Il est d’autre part difficile pour les sédentaires de comprendre cette manière différente de vivre. Les difficultés des uns, l’incompréhension des autres et le flou juridique concernant l’habitat mobile provoquent de nombreuses conséquences à assumer tant pour les GdV qui les vivent, que pour les autorités locales qui doivent les gérer ou encore les populations locales qui les côtoient.

Sur quels terrains, les gens du voyage peuvent-ils s’installer ?

Pour les GdV la question des terrains de stationnement et de passage est incontestablement leur principale préoccupation. L’action des Communes est donc cruciale. Elles disposent de leviers d’actions financiers, encore largement sous-utilisés.

Le séjour temporaire avec gestion communale (2 à 3 semaines)

L’organisation du séjour par une commune wallonne avec des possibilités en terme de terrains (communaux, privés) et d’équipements mobiles et provisoires (cols de cygne, toilettes mobiles,…) permet de répondre à la majorité des demandes, de diminuer les tensions et les problèmes avec un investissement financier, technique et immobilier limité.

Ainsi le Centre de Médiation des Gens du Voyage et des Roms en Wallonie (CMGVW) propose des conseils de base pour une organisation préalable du séjour :

  • Prévoir un lieu provisoire : pâture, terrain de sport inoccupé, grand parking… ;
  • Affecter et équiper un terrain de séjour des GdV sur la commune ;
  • Désigner, au sein de l’administration, une personne qui sera le contact pour les GdV en séjour temporaire sur le territoire communal. Cette personne gèrera également les cautions et les redevances prévues dans le règlement communal.
  • Informer clairement le groupe sur la période de séjour (trois semaines max est la demande la plus courante) et de la gestion des déchets (sacs payants, container,…) ;
  • Prévoir des équipements mobiles et provisoires en fonction des besoins du groupe et des possibilités locales : col de cygne pour l’eau, toilettes mobiles, compteur forain pour l’électricité,…
  • Les demandes de séjour temporaire en Wallonie concernent majoritairement des groupes composés d’environ 35 caravanes. Cependant, de manière plus rare, certaines communes reçoivent des demandes pour des « grands rassemblements » qui concernent des groupes pouvant aller jusque 200 caravanes. Ces demandes sont tout à fait gérables pour autant qu’elles aient suscité une réflexion et une organisation à la hauteur de la demande. Une concertation avec le CMGVW devrait permettre l’organisation de tels événements.

Le portail de la cohésion sociale propose aussi un guide pratique pour la gestion du séjour temporaire des gens du voyage.

Les terrains familiaux

Il s’agit de terrains que les Gens du voyage louent ou dont ils sont propriétaires. C’est leur pied-à-terre une partie de l’année. La grande majorité des familles est ancrée dans une localité.

Cout et subventions

Toute commune peut bénéficier de subventions pour l’aménagement d’un terrain aux GdV. Il existe deux articles budgétaires qui permettent d’accorder des subventions en matière d’acquisition de terrain et d’équipement :

  • Pour l’équipement proprement dit, la subvention « Logement » couvre 100 % du coût ;
  • L’arrêté de la Communauté française (01-07-1982) prend en charge les coûts liés à l’acquisition, l’aménagement et l’extension d’un terrain (avec un taux de subventionnement de 60 %).

Exemples inspirants

Le portail de la cohésion sociale précise :

« En Wallonie, des pouvoirs locaux et des particuliers mettent à disposition des terrains pour accueillir temporairement des Gens du voyage. Sur la base d’une convention de partenariat avec la Wallonie, 11 pouvoirs locaux s’engagent actuellement à organiser le séjour des Gens du voyage sur leur territoire et ce, même en l’absence d’un terrain aménagé. Ces 11 pouvoirs locaux sont : Amay, Ath, Bastogne, Charleroi, Hotton, Mons, Namur, Ottignies-Louvain-La-Neuve, Sambreville, Verviers, Wasseiges. »

« Outre la mise à disposition d’un terrain d’accueil, les pouvoirs locaux désignent une personne de référence dont les missions consistent à :

  • Assurer la gestion quotidienne du séjour temporaire des Gens du voyage ;
  • Être le porte-parole de la commune ;
  • Coordonner les séjours temporaires dans ses différents aspects (accueil des Gens du voyage, information sur la période de séjour et la gestion des déchets, assurer un raccordement à l’eau, à l’électricité, un accès à des toilettes, un ramassage des immondices, etc…) ;
  • Informer les riverains. »

Amay

Wasseiges

Donnez votre avis sur l'utilisation de notre site.






    [honeypot honeypot-195]